jeudi 30 janvier 2014

Sourire


Je me surprends des nombreux sourires qui m'accompagnent dans mon quotidien depuis quelques jours. 

Ils sont là, je les sens comme entourés d'une énergie, d'une force vitale, de l'intérieur vers l'extérieur.

Je ne sais trop pourquoi, ni comment, mais ces sourires, sont simplement présents, ils me font du bien et semblent se répandre autour de moi.


Bien sûr, j'ai moi aussi plongé quelques temps dans le creux d'une profonde vague et savoure d'autant plus ces simples et magnifiques espaces, instants après instants...

Ces sourires me semblent rythmés d'un chant magique, au-delà des mots et des images, bercés par un sentiment de profonde gratitude. Un hymne titré MERCI !

Je fais une nouvelle rencontre, une rencontre pleine d'Amour bienveillant, une rencontre plus intime avec qui je suis...

Je me surprends à apprivoiser avec volupté le plaisir d'être seul, ici et maintenant, d'être bien avec moi-même, tout "simplement" !

Merci !

© Pascal GAUTIER

lundi 27 janvier 2014

Sophrologie sociale / sophrothérapie

Bonjour,
Partage d'une réponse à un courriel...
Initialement, la sophrologie n'était dispensée que par des médecins. Elle s'est ensuite ouverte à d'autres domaines, notamment par l'intermédiaire du domaine sportif : il n'était plus alors nécessaire d'être un professionnel du domaine médical.
La formation restait commune aux thérapeutes et non thérapeutes (sophrologie sociale, prophylactique), même si le "titre" ou "diplôme" (privés) délivrés pouvaient être différents. Je suis ainsi titulaire d'un diplôme signé du fondateur de la sophrologie (A. Caycedo) dans la "branche clinique, section psychologie" ; ma formation en sophrologie ne diffère pas pour autant de mes collègues de la "branche sociale"...

Pour résumer : les formations en sophrologie ne permettent pas d'exercer en tant que psychothérapeute... si vous ne l'étiez pas auparavant.

L'amendement du député B. Lacoyer réglementant la profession de psychothérapeute (2003), et approuvé par l'Assemblée nationale avant d'être publié au Journal Officiel (en 2004) limite en effet l'exercice de la psychothérapie aux :
  • médecins ;
  • psychiatres (qui sont de fait Dr. en médecine) ;
  • psychologues cliniciens ;
  • psychanalystes (ces derniers n'étaient pas prévus initialement).
("les professionnels qui dispensent des psychothérapies depuis plus de cinq ans à la date de promulgation de la présente loi pourront poursuivre cette activité thérapeutique, après évaluation de leurs connaissances et pratiques par un jury composé d’universitaires et de professionnels dont la composition est fixée par décret en Conseil d’État" art. L. 360-1 du Code de santé publique).

Au final, le sophrologue peut accompagner une thérapie sans faire de thérapie (il n'est pas habilité à faire de diagnostic, ni donner son avis sur un traitement en cours). S'il est, par ailleurs, "psychothérapeute" (ou autre thérapeute Diplômé d'Etat), il pourra utiliser la sophrologie (s'il a validé bien sûr une formation spécifique) comme "outil" thérapeutique.
On peut alors utiliser le terme de "sophrothérapeute". 

Ce dernier titre n'est toutefois pas reconnu par l'Etat français, même si c'est un titre choisi par la Fédération des Psychothérapeutes Européens (en 1998) représentée en France par la FF2P (l'une des anomalies entre le droit européen et français ;-)).

samedi 25 janvier 2014

Méditations : plages de silences encadrées de sons de clochette

Plages de silence


Démarrent par trois sons de clochette, se terminent par un coup de clochette.


Nom d'utilisateur à indiquer : pascal
Mot de passe : gautier


Plages de 5 , 10, 15, 20, 25, 30, 35, 40, 45 minutes :

http://www.sophrologie-info.com/audio/silence.html

Autre site ressource avec timer programmable et possible "rappels" ponctuels : http://www.onlinemeditationtimer.com/

Ces plages peuvent vous être utiles pour vos pratiques personnelles plus autonomes.

Prenez le temps de vous installer confortablement, par ex., 
  • assis dans la posture tonique du 2ème degré de relaxation dynamique (dos redressé, tête droite dans l'axe vertical, sans raideur, paumes des mains sur les cuisses, pieds à plat au sol) ou 
  • dans celle du 3ème degré (adaptation de la posture zazen sur une chaise),
  • ou  toute autre posture de votre choix...

Démarrer la plage de votre choix, avant d'éventuellement fermer les yeux. 
Si vous conserver les yeux ouverts, le regard est volontiers dirigé vers le sol (angle d'environ 45° / horizontale).

Soyez alors dans la pleine conscience de l'expérience 
(vous pouvez par ex. être attentif aux sensations liées à la respiration, et/ou aux éléments clés de la posture choisie, d'y revenir à chaque égarement éventuel de vos pensées). 

Lorsque la cloche finale retentit, prenez tranquillement le temps de vous dynamiser comme vous savez sans doute le faire, avant de noter quelques mots sur vos ressentis...

Voir aussi notre séance (gratuite) plus destinée aux débutants :
www.sophrologie-info.com/seance_gratuite.html

mercredi 22 janvier 2014

Entendre

"Entre
  Ce que je pense
  Ce que je dis
  Ce que je crois dire
  Ce que vous avez envie d’entendre
  Ce que vous voulez entendre
  Ce que vous entendez
  Ce que vous avez envie de comprendre
  Ce que vous croyez comprendre
  Ce que vous comprenez
  Il y a dix possibilités qu’on ait des difficultés à communiquer
  Mais essayons quand même…."
         Edmond  Wells


Combien de souffrances, combien de larmes pourraient être évitées ?
Combien d'incompréhensions mutuelles, de coeurs déchirés, seraient épargnés ?
Nous sommes des êtres de relations, elles sont la base de notre existence.
Se connaître nous-mêmes, nous exprimer sans peur.
Accueillir l'Autre tel qu'il est, avec ses failles et ses atouts.
Savoir regarder la Lumière au-delà de l'ombre.
Ouvrons notre conscience à un nouvel éclairage.
Pour le développement de notre humanité en toute humilité.
Soyons les artisans de notre propre spiritualité,
dégagée de tout dogme et vérité arbitraire. 
© Pascal GAUTIER

lundi 20 janvier 2014

Université d'Eté F.E.P.S. 2014

Programme et bulletin d'inscription pour l'Université d'Eté de la Fédération des Ecoles Professionnelles en Sophrologie - FEPS - en juillet 2014 :
 
http://www.ecoles.sophrologues.fr/images/UE14.pdf

Sophrologie en liberté

vous souhaite la bienvenue les 9/10/11/12 juillet 2014

C’est dans la Loire que cette année du 9 au 12 juillet l’ISH/Jacqueline Baudet organise l’Université d’été
de la FEPS. Situé en pleine campagne, sur la commune de St-Paul-en-Jarez, en bordure du parc régional du Pilat, le domaine de la Barollière vous accueillera pour quatre journées de “Sophrologie en liberté”.
C'est une tradition qui s’installe avec cette rencontre ou chacun d’entre vous, a cette occasion unique, de se faire une représentation vivantielle de ce qu’est la FEPS. 
Douze écoles (pas moins) vont vous proposer cette année des ateliers animés, soit par leurs directeurs, soit par leurs formateurs. 

Une occasion de découvrir la particularité et la richesse des écoles qui composent la FEPS.

Pour rappel la FEPS aujourd’hui c’est :
C’est aussi dans cette rencontre biennale l’occasion pour les sophrologues confirmés comme pour les sophrologues en devenir, un temps de partage dans la convivialité et la bonne humeur.
Dans cette vaste demeure du XVIIIème siècle, avec ses quarante cinq chambres, à seulement une demiheure de voiture de Lyon et vingt minutes de Saint-Étienne, La Barollière offre la nature, le calme et le silence pour une parenthèse sophrologique à la fois, ludique, créative, inventive, intense, surprenante, étonnante, estivale... bref variée !

Les inscriptions se font par ordre d’arrivée quand le dossier est complet. 

Titre de Master en sophrologie

L’utilisation du titre de Master, donné par des organismes privés ne répondant pas aux normes et sans habilitation de l’Etat français est interdite en France depuis juillet 2013. 
LOI n° 2013-660 du 22 juillet 2013 relative à l’enseignement supérieur et à la recherche Version consolidée au 30 juillet 2013 adoptée par l’Assemblée nationale et le Sénat.

Article L731-14

• Modifié par LOI n°2013-660 du 22 juillet 2013 – art. 71

Les établissements d’enseignement supérieur privés ne peuvent en aucun cas prendre le titre d’universités. Les certificats d’études qu’on y juge à propos de décerner aux élèves ne peuvent porter les titres de baccalauréat, de licence ou de doctorat.

Le fait, pour le responsable d’un établissement de donner à celui-ci le titre d’université ou de faire décerner des certificats portant le titre de baccalauréat, de licence ou de doctorat, est puni de 30.000 Euros d’amende.

Est puni de la même peine le responsable d’un établissement qui décerne des diplômes portant le nom de master, ou qui décerne des diplômes en référence au grade de master sans avoir été accrédité ou autorisé par l’Etat, dans l’un ou l’autre cas.


Ainsi, les instituts ou écoles de sophrologie ne sont pas habilités à délivrer le titre de master.

samedi 18 janvier 2014

Edito, bulletin de laison 48 - janvier 2014

Bonjour à toutes et à tous !



Janvier 2014 rime, pour Dominique AUBERT et moi, avec l'anniversaire d'un tournant dans notre vie, en tout cas dans la mienne.  
Cela fait en effet dix ans que nous avons tous les deux repris officiellement la direction de l'ISR, à la demande de Bernard SANTERRE (je précise les noms de famille, pour les quelques lecteurs plus récents ou distants de l'histoire de notre institut).  
Cela correspondait juste au moment je bouclais ma formation post-universitaire (en T.C.C. - thérapies comportementales et cognitives) avec un autre projet...
Un choix détermine, par définition, l'abandon d'une ou plusieurs autres options. Les choix que nous faisons sont « toujours les bons » au moment nous les prenons, en fonction de qui nous sommes à ce momentet dans le contexte qui est alors le nôtre.

En réalité, nous sommes plusieurs fois par jour confrontés à faire des choix. Le célèbre neurologue Antonio DAMASIO nous montre, dans L'erreur de Descartes, que les choix rationnels n'existent pas : nos émotions, notre cœur, sont déterminants dans nos décisions, du simple choix vestimentaire à LA décision existentielle.

Certains choix « s'imposent » comme autant d'évidences ou encore par des alternatives qui semblent ne pas nous appartenir (externaliser sur l'autre, ou les autres, nos comportements et orientations, est un biais fréquent pour tenter de protéger l'estime de nous-mêmes). D'autres décisions peuvent être source d'angoisse, qui peut-être nous renvoie à une peur profonde, primaire. Entendre cette peur, l'exprimer (des lieux ou interlocuteurs y sont propices), l'observer en nous inspirant de la démarche phénoménologique, l'apprivoiser, l'accepter progressivement pour l'utiliser comme un indicateur fondamental, finalement l'aimer en comprenant qu'elle nous permet de nous libérer d'une part de notre passé pour devenir vraiment qui nous sommes, sont des possibles que je découvre encore en avançant sur mon chemin...



Le principe d'action positive de la sophrologie peut ainsi être revisité : le positif n'est pas toujours agréable (dans le court terme) mais il est structurant (dans le long terme) pour notre conscience, notre être profond. Comme le souligne mon ami et collègue Norbert CASSINI (École Française de Sophrologie de Ecole Française de Sophrologie de Montpellier), la sophrologie nous permet aussi de changer « notre relation aux émotions désagréables ». C'est aussi en filigrane la proposition actuelleou 3ème vague - des TCC avec notamment les thérapies de l'acceptation (ACT) et le développement de la pleine conscience (MBCT) : les travaux scientifiques valident des approches cousines de notre art.



Pour faire lien avec l'étude scientifique de la sophrologie, soulignons l'engagement et le superbe travail de Richard ESPOSITO et son équipe avec le Groupe Epistémologique de la Sophrologie et la revue de notre profession. Ainsi, le deuxième numéro du magazine Sophrologie, pratiques et perspectives - www.sophrologie-pratiques.fr - sort ce 21 janvier dans les kiosques. Il proposera notamment de « revisiter la sexualité » au regard des apports de notre méthode.



Que 2014 soit pour vous et vos proches source de rires, de joie pour toujours plus de bonheur avec une excellente santé !



© Pascal GAUTIER, 17 janvier 2014

Jeu du soir

Petite improvisation suite à ce post dans le groupe Facebook "Motards du 35"... Je dirais plus "se planter" ...