samedi 4 mai 2013

Après-midi

Assis sur un rocher,
Tel un guetteur isolé,
Je surplombe la vallée.

En bas coule le canal.
Son eau est calme, a peine ridée de quelques vagues, lissées par un souffle discret.

Sur mes genoux, un ouvrage au titre provocateur :
«La preuve du Paradis, Voyage d'un neurochirurgien dans l'après-vie...»
Tel un écho, le souvenir d'autres lieux, d'autres temps, 
Me balance, malgré moi, quelque fois vers un ailleurs.

Ma vie est ici,
Ma vie est maintenant,
Mais le temps du conditionnement martèle encore mon esprit et ma chair.

Telle l'eau qui file vers un infini, depuis la nuit des temps jusqu'à la fin de ce monde,
J'avance tranquillement dans les méandres de l'existence.

Je tente d'entendre plus souvent
La voix de mon âme.
Je la confonds parfois avec le chant d'autres sirènes.


La vie est une promesse de nouveaux pas vers le bonheur.
Je tente de la glorifier, de lui rendre hommage.

Je suis sur le chemin, sur un passage plus étroit,
Je dois me recentrer, progresser au fond de Moi.
Je vais là où je suis et garde l'espoir,
D'une clairière fleurie,
Illuminée par l'Amour...


© Pascal GAUTIER, 04 mai 2013

Jeu du soir

Petite improvisation suite à ce post dans le groupe Facebook "Motards du 35"... Je dirais plus "se planter" ...