lundi 30 janvier 2017

Des mouvements oculaires contre le stress post-traumatique

La technique de l’EMDR est désormais considérée par la Haute Autorité de santé comme un « traitement de choix » dans l’état de stress post-traumatique (PTSD).

EMDR. Quatre lettres pour une curieuse thérapie, peu connue du grand public et parfois décriée. Thérapie basée sur les mouvements oculaires, l’EMDR (Eye movement desensitization and reprocessing, en français «désensibilisation et retraitement par mouvements oculaires»), inventé en 1987 par l’Américaine Francine Shapiro, n’a pourtant rien de magique. Elle est même désormais considérée par la Haute Autorité de santé comme un «traitement de choix» dans l’état de stress post-traumatique (PTSD), sauf en cas de pathologie psychotique.



«Chez quelqu’un en état de stress post-traumatique, le souvenir fait aussi mal que l’événement lui-même »
Stéphanie Khalfa

«Le stress post-traumatique repose sur l’altération du mécanisme cérébral du traitement de la peur», explique Stéphanie Khalfa, chercheuse du CNRS à l’Institut des neurosciences de la Timone (Marseille). Perturbé, le sommeil des victimes serait plus court et essentiellement composé de sommeil profond, aux dépens du sommeil paradoxal nécessaire pour correctement traiter les souvenirs. «Normalement, lorsque vous vous souvenez d’un épisode difficile de votre vie, vous savez que ce moment était douloureux mais ne ressentez plus l’émotion associée. Chez quelqu’un en état de stress post-traumatique, le souvenir fait aussi mal que l’événement lui-même.»
Le stress post-traumatique altérerait l’activité de deux structures cérébrales: le cortex préfrontal ventro-médian, chargé de gérer la réponse à la peur, deviendrait moins actif tandis que l’amygdale, responsable du signal de la peur, se ferait hyperactive. Le manque de sommeil paradoxal empêchant de corriger ces dysfonctionnements.
C’est là qu’intervient l’EMDR: en reproduisant les mouvements oculaires naturellement présents lors des phases de sommeil paradoxal, il permettrait de mobiliser les bonnes structures cérébrales pour stocker «proprement» les souvenirs traumatiques.
Source et article complet : Soline Roy, http://sante.lefigaro.fr/article/des-mouvements-oculaires-contre-le-stress-post-traumatique

samedi 21 janvier 2017

Le stress dans l'agression, effets psychologiques et physiologiques

Conférence publique, "Le stress dans l'agression, effets psychologiques et physiologiques",

jeudi 9 février 2017, 19h30.
Espace des 2 Rives, 4 allée Georges Palantes, 35 RENNES.


Participation aux frais : 5 €

Conférence animée par Pascal GAUTIER, Directeur de l'Institut de Sophrologie de Rennes, psychologue, spécialisé sur les questions du stress.

Evénement organisé par l'association Shok (http://www.skok.fr), 1ère école de #Krav Maga sur Rennes, pour une Self Défense efficace et réaliste pour tout public.

mercredi 18 janvier 2017

Somnifère : les conditions de prescription du zolpidem bientôt durcies

Dès le 10 avril, les médecins et pharmaciens devront appliquer les règles des produits stupéfiants lorsqu'ils prescrivent ou délivrent du zolpidem (le Stilnox), un somnifère très utilisé en France.

Le Zolpidem, un somnifère plus connu sous le nom de Stilnox® devra bientôt respecter les conditions de prescription et de délivrance des produits stupéfiants. C'est ce qu'indique un arrêté du 7 janvier 2017. La mesure prendra effet au 10 avril 2017 pour éviter le « risque de pharmacodépendance , d'abus, et d'usage détourné ».

Qu'est-ce que cela change concrètement ?
Le médecin devra rédiger sa prescription sur une ordonnance sécurisée, comportant un numéro spécifique, et imprimée sur papier filigrane pour empêcher les photocopies. Elle devra indiquer en toutes lettres le nombre de cachets par prise, le nombre de prises, le dosage et la concentration de la substance. L'arrêté précise aussi que le médecin ne pourra réaliser de nouvelle ordonnance pendant la durée du traitement.

Une réglementation adaptée et assouplie

Le zolpidem est un somnifère indiqué dans les insomnies transitoires ou occasionnelles, par exemple après un choc émotionnel ou un voyage à l'étranger. Il s'en vend 20 à 22 millions de boîtes chaque année en France. (...) Le patient n'aura ainsi pas l'obligation de présenter l'ordonnance au pharmacien trois jours maximum après la prescription, et les officines ne seront pas tenues de conserver les boîtes de médicaments sous clé.

Mis à jour le 11 janvier 2017 par Mathilde Ledieu
Source et article complet : http://m.topsante.com/medecine/medecine-divers/medicaments/soigner/somnifere-les-conditions-de-prescription-du-zolpidem-bientot-durcies-615113#xtor=EPR-611

Jeu du soir

Petite improvisation suite à ce post dans le groupe Facebook "Motards du 35"... Je dirais plus "se planter" ...