Au revoir !

Comme une suite logique de mon billet du 21 décembre 2017, j'ai appris le 10 août dernier que mon successeur à la direction de l'Institut de Sophrologie de Rennes revenait sur sa décision. En l'occurrence, je n’y interviendrai plus auprès des promotions démarrées l'an passé.

Ce message s'adresse ainsi aux stagiaires qui m'ont fait confiance au fil des ces 14 années, 
à Nozay (44) puis à Messac (35) devenu Guipry-Messac.

Il est possible que nous nous croisions à l'extérieur de l'ISR, de manière formelle ou informelle : 

Je participe par ex. à des animations organisées par la S.S.O. avec les "Faîtes de la Sophrologie" à Rennes, le 29 septembre ;

Je serai présent en tant qu'invité au prochain Congrès de la FEPS à Lyon, les 20 & 21 octobre 2018.

Peut-être que certains d'entre vous me solliciteront pour des Analyses de Pratiques Professionnelles, en individuel ou en petits groupes.
D'autres feront le pas de se former auprès de moi aux théories et techniques spécifiques des autres degrés (RD5 à 12, avec révisions pratiques des différentes formes de RD1 à 4 enseignées par son fondateur) avec la préparation au Diplôme de Sophrologie Approfondie - DSA que j'ai créé en 2011. 

Quelques échanges continueront sans doute de manière virtuelle et ponctuelle.

L'un des objectifs de la Sophrologie est, dans la mesure du possible, de transmettre aux personnes des clés pour qu'elles "dévoilent leur propre Lumière" (A. CAYCEDO), de manière autonome
Il est donc naturel que les chemins se croisent puis se séparent...

image empruntée  au département du Cantal

Ce dévoilement, ce développement de la Conscience peut aussi se traduire par le choix d'autres chemins : ne nous enfermons pas dans une école de pensée, quelle qu'elle soit.

La sophrologie n'est pas une panacée, même si la couleur que nous vous avons transmise, notamment l'approche d'inspiration phénoménologique, l'Ecoute Active et l'Approche Centrée sur la Personne, avec un sens plus aigu de l'impact des mots, me semble juste et pertinente. 
Il était l'héritage de l'Institut de Sophrologie de Rennes. 
Vous êtes, en quelque sorte, les derniers de cette lignée, qui s'est estompée au fil de cette année.

Certains d'entre vous feront le choix d'accompagner d'autres personnes en appliquant strictement l'enseignement reçu. 
Cela est efficient d'autant que vous irez vers la simplicité, avec authenticité et une grande permissivité.

Mais ne confondons pas le but avec le moyen, ne privilégions pas la technique au détriment de la rencontre.
De plus en plus de centres de formation en France semblent faire cette confusion. 
Ce n'était pas mon choix.

Restons, de plus, modestes devant la complexité de chaque humain et n'oublions pas notre propre cheminement au cœur de notre  propre conscience, enrichie - même si c'est parfois douloureux - de l'interaction d'avec nos pairs, dans leurs différences. 

N'oublions pas de prendre soin de notre cœur, pour prendre soin de notre viepour citer A. CAYCEDO.

Il me semble nécessaire de prendre du temps pour Soi, avant que le Temps ne nous prenne...

Il est important de développer notre qualité de présence d'abord à nous-mêmes puis au Monde.
La sophrologie peut y contribuer.

Il est urgent de privilégier les premières lettres d'un nouvel alphabet à notre égard :

   A.ccueil             (de ce qui nous constitue), avec
   B.ienvellance, en
   C.onscience et avec 
   D.ouceur

En continuant le chemin vers ce qui est important pour nous, nos valeurs, même si l'inconfort s'y présente à certains moments.

Libre à chacun.e d'écrire un autre alphabet, de le compléter (E.nergie, F.orce, G.énérosité, H.armonie, etc.).

Libre à chacun.e de se rebeller contre un discours mielleux comme celui avec lequel je flirte avec ces écrits.

Libre à chacun.e de construire sa propre existence au fil de "plusieurs vies" (plusieurs métiers, fonctions, rôles...) en se dirigeant vers ce qui lui est essentiel.


J'ai pris beaucoup de plaisir, au fil de l'accompagnement de plus de 700 sophrologues.

J'ai eu aussi des moments plus difficiles au cours de ces années de gestion, direction, formation.
Mais je crois avoir fait, avec mes collègues, un travail cohérent avec mes valeurs.
L’enseignement, la transmission, y sont essentiels. 

Cela s'est fait grâce à votre propre engagement, grâce à votre présence.

Vous souhaitant de continuer d'apprendre, jusqu'à votre dernier souffle,

je vous dis AU REVOIR, sachant que chaque fin est un commencement  !

Pascal GAUTIER,
le 14 août 2018
contact@gautierpascal.fr

Commentaires