Les 5 pièges du bonheur. Beauté, argent, pouvoir, célébrité, sexe

« Après la parution de mon premier livre, Heureux comme un Danois, dans lequel j’analysais pourquoi les Danois se sentent appartenir au peuple le plus heureux du monde, j’ai poursuivi mes recherches que j’ai commencées en réalité il y a plus de vingt ans sur le grand mystère qu’est le bonheur. 

J’ai eu la chance, à l’occasion de mes voyages, mes investigations et de mes conférences, de rencontrer beaucoup de gens pour en discuter – des spécialistes passionnants, des journalistes, des chefs d’entreprise confrontés au bien-être de leurs collaborateurs au travail, mais aussi des gens comme vous et moi qui se posent des questions pour améliorer leur vie. 
Et il m’est apparu au fil du chemin que cinq obsessions revenaient régulièrement dans les échanges : la beauté, l’argent, le pouvoir, la célébrité et le sexe
Durant une conversation où les convives avaient cité spontanément, comme incarnation du bonheur, des personnes riches, belles, célèbres, influentes, aux mœurs très libérées, ou lors de ma discussion avec un jeune homme à l’aéroport, ces cinq éléments surgissaient comme autant de solutions miracles dans la quête du bonheur.

Il m’a donc semblé utile, voire urgent dans le contexte actuel, de mener l’enquête. Le quarante-cinquième président des États-Unis n’incarne-t-il pas le triomphe de l’argent, du pouvoir et de la célébrité créée de toutes pièces par les médias et les réseaux sociaux ?

Aujourd’hui, plus de 50 % de jeunes entre quatorze et dix-huit ans ont comme premier rêve d’être célèbre, sans autre motivation que la célébrité. 

61% des Français affirment « manquer d’argent pour être tout à fait heureux », et 94 % des Américains adhèrent à l’idée selon laquelle « l’argent rend heureux ».

La soif de pouvoir pousse les gens dans une course infernale au « succès » sans même en comprendre le sens, mais en mettant en péril leur santé à la fois mentale et physique. 

Avec, de surcroît, une obsession pour la beauté et le sexe… 
En effet, seulement 2% de femmes se sentent belles, et chaque année, les chirurgiens plasticiens « retouchent » des dizaines de millions de personnes. 
Et le sexe est souvent cité comme l’une des premières sources de « bonheur », mais aujourd’hui plus de 60 % des jeunes font leur éducation sur les sites pornographiques avec une dissociation totale entre sentiments et sexe.

On peut légitimement se demander où ces « rêves » sont en train de conduire le monde, et s’il est vrai qu’une fois réalisés, ils assurent « le Bonheur ».

J’ai décidé d’aller voir de plus près si ces cinq ingrédients – beauté, argent, pouvoir, célébrité et sexe – permettent oui ou non un accès rapide à une vie heureuse. 
Pour faire la part des choses entre illusion et réalité. Pour comprendre si « la vie rêvée des autres » est bien celle qu’on croit. Pour appréhender, aussi, comment profiter des plaisirs de la vie sans qu’ils finissent par nous faire du mal, et remettre en lumière les ressorts profonds de notre bien-être.

Il n’est pas question de porter ici un jugement sur le choix libre de chacun à vivre selon ses envies, et encore moins de condamner les rêves, les ambitions ou les plaisirs, mais d’étudier comment on les inclut dans nos vies. 
Allons voir, un à un, ce que ces cinq éléments peuvent vraiment apporter ou prendre à nos vies, comment les positionner dans notre existence pour en tirer le meilleur et éviter le pire.

Le bonheur est évidemment un sujet complexe, intime, inépuisable

Dans ce livre, je me permets de partager, en toute simplicité, des pistes tirées de ma propre expérience. Elles pourront aider ceux qui le souhaitent à construire une base solide de bien-être, pour profiter au mieux des moments de bonheur que la vie nous offre et affronter les moments difficiles. Des pistes pour vivre la vie, belle comme elle est, et l’apprécier, dans toute sa complexité, sans se perdre dans les illusions du bonheur. »

Extrait du livre : « Les 5 pièges du bonheur. Beauté, argent, pouvoir, célébrité, sexe » de Malene Rydahl (J’ai lu ; septembre 2018)

Commentaires