mercredi 21 mai 2014

Extase

(...)
"Tout à coup, Dea, se dégageant de l'embrassement de Gwynplaine, se souleva. 
Elle appuyait ses deux mains sur son coeur, comme pour l'empêcher de se déranger.

Qu'est−ce que j'ai ? dit−elle. 
J'ai quelque chose. La joie, cela étouffe. Ce n'est rien. C'est bon. 
En reparaissant, ô mon Gwynplaine, tu m'as donné un coup. Un coup de bonheur
Tout le ciel qui vous entre dans le cœur, c'est un enivrement. 
Toi absent, je me sentais expirer. La vraie vie qui s'en allait, tu me l'as rendue. J'ai eu en moi comme un déchirement, le déchirement des ténèbres, et j'ai senti monter la vie, une vie ardente, une vie de fièvre et de délices. 

C'est extraordinaire, cette vie−là, que tu viens de me donner. Elle est si céleste qu'on souffre un peu. C'est comme si l'âme grandissait et avait de la peine à tenir dans notre corps.
Cette vie des séraphins, cette plénitude, elle reflue jusqu'à ma tête, et me pénètre. 
J'ai comme un battement d'ailes dans la poitrine. Je me sens étrange, mais bien heureuse. 
Gwynplaine, tu m'as ressuscitée.
Elle rougit, puis pâlit, puis rougit encore, et tomba.

Hélas! dit Ursus, tu l'as tuée.
Gwynplaine étendit les bras vers Dea. L'angoisse suprême survenant dans la suprême extase, quel choc! Il fût lui−même tombé, s'il n'eût eu à la soutenir.
Dea! cria−t−il frémissant, qu'est−ce que tu as?
Rien, dit−elle. Je t'aime."


Victor HUGO, L'homme qui rit, 1868

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.

Jeu du soir

Petite improvisation suite à ce post dans le groupe Facebook "Motards du 35"... Je dirais plus "se planter" ...